top of page

BILLETTERIE
DES SPECTACLES

Attention aux dates limites de réservation

Places réservées aux adhérents du conservatoire 2023-2024

et leur famille dans la limite de 4 personnes

Si besoin de plus de places, merci de nous demander l'accord par mail :

conservatoiremarolles94@gmail.com

Spectace MAC

LE LAC DES CYGNES

Ballet PRELJOCAJ

PRELJOCAJ.PNG
PRELJ CYGNE.PNG

APRÈS BLANCHE NEIGE et
Roméo et Juliette, Angelin Preljocaj renoue
avec le ballet narratif et son goût pour les histoires. Mêlant le chef-d’œuvre
musical de Tchaïkovski à des arrangements plus contemporains, il s’at-
taque à ce monument du répertoire classique. Un travail amorcé en 2018
avec « Ghost », où il rendait déjà hommage à Marius Petipa en se pro-
jetant dans l’imaginaire du chorégraphe au moment où lui vint l’idée de
son « Lac des cygnes ». Fidèle à l’œuvre originale, il transpose l’histoire
d’Odette et du prince Siegfried dans la société d’aujourd’hui, au cœur de
ses logiques financières et de ses préoccupations environnementales.
Au bord d’un lac, Rothbart veut exploiter un gisement d’énergie fossile.
Une jeune fille, Odette, semble contrarier ses plans, il va la transformer en
cygne. Ailleurs, lors d’une soirée, Siegfried va s’opposer à son père qui veut
s’associer à Rothbart pour construire une usine au bord du lac des cygnes

Danse

Vendredi 06 Octobre - 20h

Date limite de réservation  : 13 sept 2023

PORTRAIT

Mehdi Kerkouche/Emka

Danse

Samedi 30 septembre - 20h

Date limite de réservation  : 13 sept 2023

PORTRAIT.PNG

Neuf danseurs à la personnalité foisonnante donnent vie à un portrait de famille touchant et vivifiant sous la houlette de Mehdi Kerkouche.
Le chorégraphe choisit le sujet de l’héritage familial comme matière chorégraphique. 
C’est par les corps électrisés d’une tribu de danseurs venus d’horizons variés qu’il nous en livre sa version. Famille heureuse, embarrassante, toxique, absente… Comment s’en extraire ou au contraire s’y réfugier ? Comment affirmer son individualité au sein d’une famille que l’on n’a pas choisie ? Les liens évoluent, les personnalités détonnent au fil des séquences, de manière isolée, en duo ou dans des partitions d’ensemble et au rythme de la musique organique de Lucie Antunes. 
Ce portrait, aux allures d’exploration entre l’image du cadre et les liens qu’on nous impose, donne à voir une photo de famille contemporaine au travers d’une mosaïque de tempéraments et d’énergies.

LE GRAND SOT

MARION MOTIN

LE GRAND SOT.PNG

Danse

Vendredi 24 Novembre - 20h

COMME LES JOUEURS DE FOOT chantent La Marseillaise avant un
match pour scander leur identité, « Le Grand Sot » s’ouvre sur une cho-
régraphie tonitruante portée par le Boléro de Ravel. Le ton est donné.
Et le décor planté : une piscine aux dimensions élastiques dont l’élé-
ment liquide déborde, mouvant, grand, impétueux, imprévisible… Sur
scène, un groupe de huit sportifs, sorte de micro société autonome,
bataille avec l’esprit d’équipe, l’ambition personnelle, le dépassement
de soi, l’échec, sous l’œil ironique d’un commentateur cynique et facé-
tieux, un maître de cérémonie qui, du haut de son nuage, parce qu’il
connaît le programme, ne s’étonne plus de rien.
Sous prétexte de compétition sportive, qui mènera inéluctablement au
naufrage, Marion Motin déroule un thriller chorégraphique haletant, ins-
piré par la gestuelle des sports nautiques.
« Quel est l’effet du pouvoir sur chacun d’entre nous ? », « Quelle est la
force du groupe sur l’individu ? ». Questions dont elle s’amuse en paro-
diant nos comportements humains et en imposant à ses interprètes un
rythme palpitant. La chorégraphe nous plonge dans une épopée marine
où les identités se révèlent, s’exacerbent, se lâchent, passent par des
moments de certitude et de doute; les émotions éclatent avec d’autant
plus de fureur qu’elles ont été contraintes. Puissantes chorégraphies de
groupe et solos intenses pulsent en alternance portés par la personna-
lité et les styles éclectiques des danseurs

Date limite de réservation  : 24 octobre 2023

TIAGO RODRIGUES

DANS LA MESURE DE L'IMPOSSIBLE

Théâtre

Mercredi 10 janvier - 20h

Date limite de réservation  : 10 décembre 2023

tiago.PNG

FILS D’UNE MÈRE MÉDECIN ET D’UN PÈRE JOURNALISTE, Tiago Rodrigues s’est souvent démandé pourquoi il avait choisi de raconter le monde plutôt que de le sauver en agissant de manière plus concrète. Faut-il venir au secours du monde ou en faire récit ? Tenter d’agir directement sur le réel ou le raconter ?
Proche de la Comédie de Genève, il y aura été très présent ces dernières saisons, ainsi pour écrire ce spectacle, il s’immerge dans la Genève internationale pour partir à la rencontre de celles et ceux qui font de l’humanitaire leur profession. Il rencontre des employés et employées du Comité International de la Croix Rouge et de Médecins Sans Frontières, en découle l’envie de regarder le monde par leurs yeux et naît la nécessité d’écrire un texte qui passe par le prisme de l’intime.
Inspiré de leurs témoignages, le spectacle expose les dilemmes de ces personnes engagées qui vont et viennent entre des zones d’intervention tourmentées et un paisible « chez soi ».
« Dans la mesure de l’impossible » est fait de récits d’hommes et de femmes qui se battent au quotidien pour un monde meilleur tout en sachant qu’ils ne vont pas le changer. Capables d’autocritique et conscients des problématiques de l’expérience humanitaire, ils continuent pourtant à travailler pour temporiser et gagner du temps sur le pire.

AGE OF CONTENT (LA) HORDE

BALLET NATIONAL DE MARSEILLE

Danse

Samedi 20 janvier - 20h

DANS « AGE OF CONTENT », nous voulons questionner notre rapport corporel et émotionnel à l’abondance de contenus et de réalités simultanées qui caractérisent le monde contemporain.
Le spectacle est pensé comme une exploration de différentes réalités à travers des corps en quête de nouveaux horizons. La danse y est développée comme une chevauchée à traversun décor réalisé comme une fresque de paradigmes, tour à tour traversés, transpercés par des corps qui se confrontent, s’affrontent, se défient, s’attaquent, se battent, se fuient,
s’étreignent, se désirent, s’aiment.
Nos incarnations virtuelles ne sont plus la simple représentation d’un Réel référent, elles ont leur existence propre et autonome qui influe directement sur notre manière de nous mouvoir et de communiquer avec le corps. Par leur multiplicité, elles tissent une infinité de réels et de narrations qui se juxtaposent, formant ainsi un multivers dans lequel nous existons de
manière plurielle, et cela dans un espace-temps totalement déconstruit.
L’âge du contenu se résout alors dans un effacement des frontières entre le réel et le simulé, menant à une inversion des codes que nous observons comme un moment inédit dans l’histoire de la représentation. Nos avatars sont-ils le reflet de nos corps ou est-ce l’inverse ?
Sommes-nous au contraire mus par nos identités virtuelles multiples ?
Les contenus virtuels, aussi abondants et virulents soient-ils, ont désormais un effet tangible sur nos corps, phénomène que nous souhaitons mettre au cœur de cette création.
Les faire incarner par des danseurs et des danseuses est une manière de questionner leur ambiguïté par le corps-même, de les heurter au réel paradoxal de la scène dans une démarche cathartique et expérimentale. C’est aussi une manière de déconstruire notre rapport à ces
représentations volatiles. D’inventer par le détournement, l’accumulation et le collage, une émotion à même de miner leur pouvoir de fascination.
Dans notre travail, le plateau est un lieu propice à l’interrogation des environnements dans lesquels nous vivons online et offline. Un endroit qui a sa propre réalité et où il est possible d’explorer collectivement ces différentes incarnations à travers la rencontre, le conflit, l’étreinte, la cohésion; la danse.
À la base de la création chorégraphique, nous invoquons plusieurs imaginaires qui contiennent ce rapport ambigu entre corps réel et corps simulé : cinéma d’action, cascades, comédies musicales, jeux-vidéos en open world et réseaux sociaux tels que Tik-Tok.
Nos interprètes appartiennent toujours à des communautés spécifiques (jumpstyle, danse traditionnelle géorgienne, cloud chasing...) et les danseurs et danseuses du Ballet national de Marseille représentent pour nous une communauté éphémère internationale traversée par une multitude de récits, de problématiques, de pratiques du corps... C’est à partir d’elle.eux que nous allons travailler.

Date limite de réservation  : 20 décembre 2023

la horde.PNG

ALICE

B.DANCE

AVEC UNE CHORÉGRAPHIE À COUPER LE SOUFFLE, des costumes haute couture et une scénographie élégante, Alice nous entraîne dans un pays des merveilles très particulier, à l’atmosphère étrange et profondément psychologique. Un labyrinthe de miroirs, des projections artistiques et des dessins à l’encre noire et blanche unissent la poésie et les contes de fées, ainsi que les cultures occidentale et orientale.
« La danse de Po-Cheng Tsai est très dynamique. [Il] combine les styles de danse d’Asie de l’Est avec la danse contemporaine occidentale. Ou ballet, hip hop, jazz avec tai chi, arts martiaux, kung fu, danse folklorique chinoise. […] Des acrobaties remplissent la pièce : les jambes bougent comme des couteaux pliants tranchants, puis à nouveau comme des va-
gues fluides. » — Edith Arnold, Luzerner Zeitung
Dirigée par le chorégraphe taiwanais Po-Cheng Tsai, B.DANCE fait aujourd’hui partie des compagnies de danse contemporaine émergentes de la scène internationale. Depuis sa création en 2014, B.DANCE s’est déjà produite en Allemagne, en République tchèque, en Espagne, en Israël, au Danemark, en Italie, en Suisse, en Chine, à Hong Kong, au Royaume-Uni
et en France, où elle s’est récemment produite au cours d’une tournée de deux mois en 2022.
Plusieurs fois récompensé lors de concours chorégraphiques internationaux, Po-Cheng Tsai a également chorégraphié pour des compagnies de danse renommées telles qu’Introdans, Tanz Luzerner Theatre, Gauthier Dance, Cloud Gate 2, ou encore Bern Tanzcompagnie.
L’artiste taiwanais développe un langage chorégraphique et une esthétique uniques, mariant les mouvements traditionnels asiatiques et les arts martiaux à la danse contemporaine. Il en repousse les limites pour atteindre un mysticisme et une fantaisie orientale dans des pièces théâtrales, physiques et émouvantes, qui sont accessibles et inspirantes pour tous les publics. Po-Cheng Tsai a été désigné Chorégraphe de l’année 2018 par le magazine allemand Tanz. En 2020, il a également reçu le prix de la révélation chorégraphique au 57 e Palmarès français du Prix du Syndicat professionnel de la critique Théâtre, Musique et Danse

Danse

Mardi 06 février - 20h

Date limite de réservation  : 06 janvier 2024

alice.PNG

MÊME SI LE MONDE MEURT

LAETITIA GUEDON / LAURENT GAUDE

Théâtre

Vendredi 09 février - 20h

Date limite de réservation  : 09 janvier 2024

meme si.PNG

UN GROUPE DE HUIT PERSONNES, issu·e·s d’un monde et d’une époque
très proches de la nôtre, fait face à une annonce : celle de la fin du monde.
Nous suivons leurs réactions, tantôt extrêmes, tantôt raisonnées, et, au
milieu d’elles et eux : le parcours d’une femme. Elle attend un enfant…
dont elle comprend qu’il ne naîtra pas. Vient alors pour elle l’urgence
de le mettre au monde et de le connaître. Se posera la question de nos
propres fins… et de nos commencements.
«Je pourrais commencer l’histoire de cette fin par dire que les épidémies, les attentats, les guerres à nos portes, les départs inattendus ou attendus de ces dernières années ont motivé la naissance de ce projet. Je pourrais commencer par dire que les circonstances et l’immédiate actualité me poussent, moi aussi, à m’engouffrer dans ce tunnel de mort qui ne semble jamais avoir de fin.
Et pourtant, c’est bien la vie, dans ce qu’elle a d’impératif, d’essentiel, et qui toujours reprend ses droits, que je souhaite célébrer avec ce spectacle. »
— Laëtitia Guédon
« Il ne s’agit pas d’une pièce construite sur une succession de situations,
mais d’un chant tressé de plusieurs voix qui monte du plateau en essayant
de saisir l’intensité d’une humanité inquiète mais ardente. »
— Laurent Gaudé

NOMAD

SIDI LARBI CHERKAOUI

CIE EASTMAN

Danse

Vendredi 08 mars - 20h

Date limite de réservation  : 08 février 2024

nomad.PNG

Dans le cadre de la programmation Chaillot Nomade
Invité par le directeur artistique de la compagnie 420PEOPLE, Václav Kuneš, Sidi Larbi Cherkaoui a présenté un travail de recherche déjà intitulé Nomadau cours du festival de danse tchèque Tanec Praha en 2017 avec les danseurs d'Eastman (Nemo Oeghoede, Antonin Rioche, Nicola Leahey et Mabrouk Gouicem) et de 420PEOPLE (Francesca Maria Amante, Sabine Groenendijk, Vojtěch Rak et Filip Staněk), prémisse du spectacle éponyme qui sera créé en 2019 avec la compagnie Eastman. Sidi Larbi Cherkaoui reconstitue une mosaïque d'éléments animés et inanimés du désert. Les danseurs nous livrent un aperçu de la fluidité et de l'adaptabilité des créatures qui prospèrent dans les conditions les plus rudes ; la beauté des dunes de sable et les vents qui changent de direction, de forme et de vitesse en un clin d'œil ; la soif physique et émotionnelle intense, le désir d'eau et de sécurité, de consolation qui guident à la fois les actions des animaux et la quête humaine de la spiritualité. 

PEEPING TOM

S62° 58', W60° 39'

Danse / Théâtre

Mercredi 03 avril - 20h

Date limite de réservation  : 03 mars 2024

peeping tom.PNG

Un navire s’est échoué et est coincé dans des montagnes de glace. Une petite communauté de personnes se retrouve piégée dans ce paysage dangereux et aride. Ils ne survivent que guidés par la nature, attendant la fonte des glaces pour poursuivre leur voyage – jusqu’à ce que les réalités soient bouleversées et que nous soyons projetés dans le processus de création de la nouvelle production.

La dernière production de Peeping Tom, mise en scène par Franck Chartier, explore des thèmes tels que la manipulation, les fantômes intergénérationnels et l’art. Que signifie se donner à la scène en tant qu’artiste ? Qu’est-ce qui est joué, qu’est-ce qui est réel ? En fin de compte, la véritable performance ne se déroule-t-elle pas dans l’esprit du public ?

CARTE BLANCHE à CECILE MC LORIN SALVANT

ORCHESTRE NATIONAL D'ILE-DE-FRANCE

Musique / Concert

Mardi 23 avril - 20h

Date limite de réservation  : 23 mars 2024

cecile mc lorin.PNG

L’Orchestre invite l’artiste franco-américaine Cécile McLorin Salvant et lui donne carte blanche pour imaginer un programme à l’image de son art : vibrant et éclectique.
Accompagnée d’un orchestre d’une quarantaine de musiciens et d’un piano, Cécile McLorin Salvant interprétera ses compositions originales ou des reprises sur des arrangements orchestraux inédits. Un voyage musical à la croisée des influences et des genres pour une soirée d’exception.

Cécile McLorin Salvant/
Avec 3 Grammy Awards pour 3 albums consécutifs en 2016, 2018, 2019, Cécile McLorin Salvant revient en 2022 avec l'album « Ghost Song », élu album de l'année aux Victoires du Jazz et sort son nouvel album « Mélusine », un album pour la première fois interprété principalement en français le 26 mars 2023.
Fille d’une mère française et d’un père haïtien, élevée dans la culture musicale et culturelle de Miami, Cécile McLorin Salvant commence des études de piano à 5 ans, chante avec le Miami Choral Society à 8 ans et grandit en côtoyant les 2 langues (française et américaine).
Elle a accès à une grande variété de musique grâce à la collection de disques impressionnante de ses parents. Le jazz en fait partie bien sûr, mais son adolescence se limite à l’étude du classique et de Broadway. Elle part à Aix en Provence pour y étudier l’opéra et le droit. L’ironie veut que ce soit en France qu’elle découvre les racines du jazz et la musique américaine, grâce à son professeur, le saxophoniste de jazz Jean-François Bonnel, qui lui fait découvrir les grandes figures du jazz mais aussi d’autres personnalités moins connues et qui ont également marqué l‘histoire de cette musique.
Trois ans plus tard, elle remporte le prestigieux prix Thelonious Monk devant un jury composé de Al Jarreau, Dee Dee Bridgewater, Dianne Reeves, Patti Austin et Kurt Elling !
Depuis 2010, elle ne cesse d’attirer l’attention du public et des critiques, remportant plusieurs prix prestigieux dont 3 Grammy Awards, le prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz... sortant des albums tous plus remarqués les uns que les autres : « For One To Love », « Dreams and Daggers », « The Window ».
Elle est adoubée par Wynton Marsalis (entre autre) qui ne tarit pas d’éloges à son égard : “Elle possède l’assurance, l’élégance, l’âme, l’humour, la sensualité, la puissance, le register, la perspicacité, l’intelligence, la profondeur et la grâce ; on ne trouve une telle chanteuse qu’une seule fois sur une voire deux générations”.

bottom of page